Le latin et le grec à La Guyonnerie

Traditionnelles au collège de La Guyonnerie, reflétant la culture locale, les options du latin et du grec ancien n’ont cessé d’y être enseignées, quelles que fussent les réformes. Chaque année, un élève sur trois s’inscrit en latin et il existe donc deux groupes (de latin ou, en 3ème, de latin-grec) par niveau.

Dans ces deux options, l’enseignement présente globalement une teneur similaire, répartie entre deux grands domaines, langue et civilisation.

L’étude de la langue (langue ancienne abordée sous sa forme écrite) se construit autour d’une grammaire méthodique, qui nécessite de la rigueur, tout en imposant un travail de mémorisation. L’étude de la grammaire latine en particulier se fonde systématiquement sur une consolidation des connaissances en français et permet donc aux élèves assidus de renforcer leur maîtrise de notre langue. De plus, l’étymologie tient une place assez régulière dans les cours.

Par ailleurs, les deux options comportent également une part culturelle qui aborde la civilisation et, selon les années, l’histoire, l’archéologie, la vie quotidienne, la société, l’architecture, les arts et l’histoire des arts, les spectacles, les sciences et les techniques, la mythologie, la religion, la politique, etc. avec la volonté à la fois de faire découvrir les origines de notre culture, d’amener l’élève non seulement à enrichir la sienne mais aussi à élargir sa pensée, dans le respect de la différence, et de faire prendre conscience de ce que nos arts, nos savoirs ou notre environnement courant doivent à l’Antiquité et trouvent en elle.

 

Organisation

Les latinistes et les hellénistes sont répartis dans toutes les classes, ce qui contribue à équilibrer ces dernières.

Les horaires d’enseignement du latin sont de 2 heures en 5ème et de 3 heures en 4ème comme en 3ème. Pour le grec en 3ème, l’horaire est également de 3 heures. Ces heures s’ajoutent à celles des enseignements obligatoires. Par ailleurs, il faut aussi tenir compte des devoirs à la maison, plus ou moins réguliers, que cet apprentissage, comme tout autre, occasionne.

Les cours de latin et de grec peuvent être placés à toute heure de la journée. Quand ils se déroulent en début ou en fin de journée, ou durant l’une des deux heures méridiennes, les non-latinistes ( ou non-hellénistes ) sont libres, mais s’ils se déroulent en pleine matinée ou en plein après-midi, les non-latinistes restent dans la salle de permanence pendant ce temps. Il peut arriver qu’une aide aux devoirs soit alors proposée à quelques volontaires parmi eux.

 

Inscription et continuité

L’option latin débute en 5ème. L’élève qui décide de débuter devra continuer aussi en 4ème et en 3ème ( à moins de choisir l’option grec ). Autrement dit, le terme option signifie seulement que l’élève n’est pas obligé de s’inscrire. Mais s’il s’inscrit, il poursuivra obligatoirement cet enseignement dans la suite de sa scolarité au collège.

L’option grec débute en 3ème. Un élève latiniste peut choisir cette option, mais doit alors abandonner le latin. Les élèves non latinistes peuvent également s’inscrire.

Tout élève qui demande à suivre l’une de ces options ( à la fin de son année de 6ème pour le latin, à la fin de la 4ème pour le grec ) y sera inscrit pour la rentrée suivante, à condition que le bulletin d’inscription soit rempli correctement. Si la demande ne respecte pas les instructions, l’inscription ne pourra pas être effectuée.

L’option, si elle est choisie, constitue dès lors une discipline égale à toute autre, imposant les mêmes exigences quant au travail et au comportement, comptant autant que n’importe laquelle dans les bulletins et les conseils trimestriels.

 

« Des options pour qui ? »

Question qu’élèves et parents posent souvent quand le moment de l’inscription approche !

En définitive, les élèves auxquels ces options s’adressent par nature sont ceux qui présentent une forte appétence personnelle pour la culture, pour le travail scolaire, pour le développement d’un raisonnement rigoureux et, dans le cas du latin, pour la langue française.

 

Un témoignage pour finir en souriant ?

Vénus, élève de 2e S., se souvient : « Le grec ? Les bras m’en sont tombés ! »